Direct
FIRST SHOT
PIERRE MANETTI

Green Book et le mystérieux Don Shirley

Le samedi 19 janvier 2019, par Laurent Sapir

Depuis sa consécration estivale au festival de Toronto, Green Book-Sur les routes du Sud ne cesse de troubler les amateurs de jazz. Qui est donc ce fameux pianiste noir, Don Shirley (interprété par Mahershala Ali) dont la tournée de 1962 dans le sud ségrégué des Etats-Unis au côté d'un chauffeur/garde du corps d'origine italienne (Viggo Mortensen) est au cœur d'un récit mené avec brio même s'il ne transcende guère les paramètres du feel good movie à l'américaine ?

Le trouble vient du dossier de presse. Le fameux Don Shirley en question dont les mémoires ont inspiré le scénario est présenté comme un pianiste de jazz. On ne lui connaît pourtant aucune session majeure, ni en leader, ni en sideman au côté d'autres grands instrumentistes. Son destin, en revanche, n'est pas sans nous rappeler une certaine Nina Simone: un vrai talent de concertiste, très jeune, et les portes qui se ferment en raison d’une couleur de peau. Sauf que Don Shirley, lui, n’a jamais pu rebondir…

Le premier fait d’armes de ce natif de Floride, c’est l’interprétation à 18 ans d’un concerto de Tchaïkovski au sein du Boston Pops, fondé dans le sillage de l’orchestre symphonique de Boston. On lui fait pourtant fait très vite comprendre qu’on ne peut pas être à la fois Noir et faire carrière dans un tel cénacle. Don Shirley va dés lors réorienter son répertoire vers une sorte de no man's land entre jazz, cabaret, spirituals et musique de chambre. Il tente par ailleurs un trio original -piano/violon/contrebasse-, réarrangeant aussi bien des extraits de la Symphonie No2 de Rachmaninov qu'un standard comme Lullaby of Birdland dont la version a visiblement bluffé le jeune pianiste Kris Bowers, qui a composé la B.O. du film.

On ne saurait en dire autant de notre ami américain Thierry Pérémarti, ancienne grande plume de Jazzman et Jazz News. Consulté par mail sur le sujet, il a fini par repérer sur Apple Music une relecture bien plate de 'Round Midnight'. D'après lui, Don Shirley a surtout navigué dans l'idiome "classical pop" sans jamais témoigner de véritables capacités d'improvisation. À vrai dire, dans le film de Peter Farrelly, on ne le voit swinguer qu'à une seule reprise, lorsque, chassé d'un hôtel, il trouve refuge dans une sorte de saloon à rednecks où ses relâchements virtuoses emballent un public blanc pour le moins réticent au départ.

Décédé en 2013, cet "agent double", comme le disait le regretté Pierre Bouteiller, fut également proche de Duke Ellington et Sarah Vaughan. Il aura aussi participé -et lorsqu'on voit le film, on comprend pourquoi- à la marche de Selma, en 1963, derrière Martin Luther King.

Green Book-Sur les routes du Sud, Peter Farrelly (Sortie en salles le 23 janvier)

 
Partager l'article

Green Book

Les dernières actus du Jazz blog