Direct
SISTER RUTH
BOOKER ERVIN/DON PATTERSON

À l’antenne

Activer le filtre par date

Emissions Spéciales
Concerto pour Marius Cultier, pianiste pionnier et poète aux mille notes
vendredi 12 août 2022

Tout au long de l'année, la planète jazz défile dans nos studios pour nous jouer de la musique en live. On replonge tout l'été dans les sessions qui nous ont le plus fait vibrer !  

« Un génie, un musicien naturel qui a éclairé toutes les Antilles de sa brève existence. Une extraordinaire technique... Ce qu’il faisait ce n’était pas reproductible. On ne pouvait que l’admirer.
»

Ces mots, ce sont ceux du pianiste Alain Jean-Marie, figure tutélaire du jazz français, génie musical qui n’a cessé au long de sa carrière de mélanger les genres, fusionnant ce qu’on a appelé les musiques typiques ultramarines et le jazz et notamment le bebop. L’une des plus grandes influences d’Alain Jean-Marie, l’un de ses héros musicaux dont il ne cesse de dire et redire le génie naturel et la place essentielle dans l’histoire de la Musique, cet homme c’est Marius Cultier.

Pianiste autodidacte et spontané, alchimiste harmonique et mélodique, expérimentateur unique, on lui doit des dizaines joyaux comme Zandoli, Diamant, Qui Coulè manman-ou, Easy ou encore Le Concerto pour la fleur et l’oiseau… Des pièces musicales définitivement parfaites mais souvent méconnues ou injustement oubliées du grand public. Pourtant au fil des années le nom de Marius Cultier est devenu synonyme de légende, un nom respecté et admiré par une nouvelle générations de musicien.nes qui voient en lui un artiste absolu, celui qui a ouvert la voie.

Il aurait fêté ses 80 ans le 23 avril dernier et TSFJAZZ se devait de lui rendre hommage. Nous parlerons aujourd’hui de Marius Cultier avec celles et ceux qui l’ont connu, qui l’ont côtoyé ou qu’il a marqué de son oeuvre musicale. Avec nous pour cette émission : Laïni Cultier, la fille de Marius Cultier et co-fondatrice de l’association « Marius Cultier Mémoire » qui a pour but de valoriser, diffuser et promouvoir l’oeuvre musicale et la mémoire du pianiste. Également autour de la table l’une des plus grandes voix de la chanson, qui entre autres faits d’armes artistique a été une des figures essentielles du légendaire groupe Kassav’ et qui a également croisé au début de sa carrière la route de Marius Cultier : Jocelyne Béroard. Deux pianistes nous accompagneront aussi : Christophe Chassol, l’un des artistes les plus talentueux et originaux de notre temps, créateur d’un style unique de musique à l’image baptisé "ultrascore". Il aurait dû être le maître de cérémonie du concert hommage à Marius Cultier qui devait avoir lieu en février dernier mais a été malheureusement reporté. Le meilleur pour la fin, un autre virtuose du piano et l’une des plus fines lames du jazz français : Mario Canonge. L'oeuvre de Marius Cultier n’a pas de secret pour lui et il a même signé, dans les années 90, un album hommage à son répertoire (enregistré avec le chanteur Ralph Tamar)

 

Emissions Spéciales
Concerto pour Marius Cultier, pianiste pionnier et poète aux mille notes
vendredi 12 août 2022

Tout au long de l'année, la planète jazz défile dans nos studios pour nous jouer de la musique en live. On replonge tout l'été dans les sessions qui nous ont le plus fait vibrer !  

« Un génie, un musicien naturel qui a éclairé toutes les Antilles de sa brève existence. Une extraordinaire technique... Ce qu’il faisait ce n’était pas reproductible. On ne pouvait que l’admirer.
»

Ces mots, ce sont ceux du pianiste Alain Jean-Marie, figure tutélaire du jazz français, génie musical qui n’a cessé au long de sa carrière de mélanger les genres, fusionnant ce qu’on a appelé les musiques typiques ultramarines et le jazz et notamment le bebop. L’une des plus grandes influences d’Alain Jean-Marie, l’un de ses héros musicaux dont il ne cesse de dire et redire le génie naturel et la place essentielle dans l’histoire de la Musique, cet homme c’est Marius Cultier.

Pianiste autodidacte et spontané, alchimiste harmonique et mélodique, expérimentateur unique, on lui doit des dizaines joyaux comme Zandoli, Diamant, Qui Coulè manman-ou, Easy ou encore Le Concerto pour la fleur et l’oiseau… Des pièces musicales définitivement parfaites mais souvent méconnues ou injustement oubliées du grand public. Pourtant au fil des années le nom de Marius Cultier est devenu synonyme de légende, un nom respecté et admiré par une nouvelle générations de musicien.nes qui voient en lui un artiste absolu, celui qui a ouvert la voie.

Il aurait fêté ses 80 ans le 23 avril dernier et TSFJAZZ se devait de lui rendre hommage. Nous parlerons aujourd’hui de Marius Cultier avec celles et ceux qui l’ont connu, qui l’ont côtoyé ou qu’il a marqué de son oeuvre musicale. Avec nous pour cette émission : Laïni Cultier, la fille de Marius Cultier et co-fondatrice de l’association « Marius Cultier Mémoire » qui a pour but de valoriser, diffuser et promouvoir l’oeuvre musicale et la mémoire du pianiste. Également autour de la table l’une des plus grandes voix de la chanson, qui entre autres faits d’armes artistique a été une des figures essentielles du légendaire groupe Kassav’ et qui a également croisé au début de sa carrière la route de Marius Cultier : Jocelyne Béroard. Deux pianistes nous accompagneront aussi : Christophe Chassol, l’un des artistes les plus talentueux et originaux de notre temps, créateur d’un style unique de musique à l’image baptisé "ultrascore". Il aurait dû être le maître de cérémonie du concert hommage à Marius Cultier qui devait avoir lieu en février dernier mais a été malheureusement reporté. Le meilleur pour la fin, un autre virtuose du piano et l’une des plus fines lames du jazz français : Mario Canonge. L'oeuvre de Marius Cultier n’a pas de secret pour lui et il a même signé, dans les années 90, un album hommage à son répertoire (enregistré avec le chanteur Ralph Tamar)

 

  • Précédent
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • ...
  • 698
  • Suivant