Direct
BURNING SPEAR
JIMMY SMITH

À l’antenne

Activer le filtre par date

50 Ans de la disparition de Louis Armstrong : L'abécédaire de F à J
mardi 06 juillet 2021
F comme Fletcher Henderson. New York, automne 1924. La section trompettes de Fletcher Henderson s'enrichit d'un troisième pupitre. C'est Louis Armstrong qui s'y colle sur les conseils de sa femme,  Lil Hardin, qui l'a encouragé à s'affranchir de la tutelle de King Oliver à Chicago pour rejoindre celui que certains considèrent comme l'inventeur du big band. Débuts difficiles. Dès la première répétition, Fletcher prend Armstrong de haut. D'autres s'amusent de l'allure vestimentaire de ce jeune homme du Sud dont le caleçon long dépasse, mais le trompettiste va prendre de l'assurance, notamment sur le célèbre Shanghai Shuffle arrangé par Don RedmanTout l'orchestre, où figure aussi un certain Coleman Hawkins, s'en trouve dynamisé. Entre deux séances, Armstrong prend aussi le temps d'accompagner Ma Rainey et surtout Bessie Smith avec un St Louis Blues d'anthologie.
 
G comme Gospel. Quand Louis Armstrong plonge dans la ferveur des gospels, il est évidemment touché par la grâce. C'est déjà le cas en 1938 lorsqu'il reprend When The Saints Go Marchin In, un hymne ancré dans la tradition funéraire de la Nouvelle-Orléans. Ce sera encore plus manifeste dans cet album -ou plutôt cette bible- de 1958, Louis & The Good Book, arrangé par Sy Oliver, avec le renfort d'un organiste et d'une chorale de dix chanteurs. Au gré de titres comme Go Down MosesDown By The Riverside ou Shadrack, le jazzman se transforme en prédicateur inspiré. Ces cantiques empruntés à l'Ancien Testament ont tant parlé à son peuple longtemps esclave, comme le furent les Hébreux en Égypte. Louis & The Good Book figure parmi les albums les plus vendus dans l'histoire du jazz.
 
H comme Hot Five et Hot Seven: C'est avec son 1er Hot Five, de novembre 1925 à novembre 1926, que Louis Armstrong fait ses débuts de leader. Johnny Dodds est à la clarinette, Kid Ory au trombone, Lil Hardin au piano et Johnny Saint-Cyr au banjo. Le grand morceau de cette période, c'est Muskrat RamblePotatoe Head Blues irrigue le Hot Seven à partir de mai 1927. Kid Ory, en tournée avec King Oliver, laisse sa place à John Thomas avec en bonus un tubiste, Peter Briggs, et un batteur, Baby DoddsLe second Hot Five, à l'automne 1927, marque le retour de Kid Ory qui laisse à nouveau sa place à Fred Robinson. À partir de juin 1928, le groupe qui grave West End Blues comprend aussi Earl Hines au piano, Jimmy Strong à la clarinette, Mancy Carr au banjo et Zutty Singletonà la batterie. Ce 2e Hot Five, à ce moment là, compte six musiciens.
 
I comme Individualité. C'est peut dire qu'avec Louis Armstrong, et peut-être aussi avec son contemporain immédiat, Sidney Bechet, le jazz a commencé à s'exprimer à la première personne du singulier. Soliste hors pair, il transcende par son lyrisme, sa rage de vivre et sa capacité à construire un chorus individuel et cohérent les fragilités de ses partenaires à l'époque des Hot Five et Hot Seven. En matière d'improvisation, seul le pianiste Earl Hines fait vraiment jeu égal avec Armstrong lors de ces premières sessions. À  ce titre, Satchmo, comme on aimait à le surnommer, aura été la première grande individualité de l'histoire du jazz. "Sa personnalité trop forte avait rompu l'équilibre organique de la polyphonie louisianaise. Il avait ouvert la voie à un art plus individualiste", dira plus tard le trompettisteRoger Guérin
 
J comme Joe Glaser. C'est en 1935 que Joe Glaser devient l'agent d'Armstrong qu'il a découvert au Sunset Café, le club de Chicago qu'il dirigeait après avoir été promoteur de boxe... et de matchs truqués. Réputé pour ses liens avec strong class="">Al Capone, le bonhomme n'a jamais été un enfant de chœur. D'après certains biographes d'Armstrong, c'est justement son côté fort en gueule qui aurait attiré le trompettiste, lui qui fut toujours en quête d'un père de substitution. Quoi qu'il en soit, Joe Glaser a toujours protégé Louis Armstrong même si certains lui ont reproché d'avoir entraîné le musicien dans des aventures commerciales aussi lucratives que discutables, pillant son génie au seul profit des Blancs. Joe Glaser a aussi été accusé d'avoir facilité en 1947 une descente de police contre Billie Holiday dont il était pourtant l'agent.