Monuments Men

Il y a bien une abnégation propre aux Etats-Unis durant la Seconde Guerre Mondiale. Elle s’observe encore, de nos jours, dans les cimetières de Normandie. Elle trouve désormais un autre éclairage avec le Monuments Men de George Clooney.

C’est ainsi qu’en pleine barbarie, et alors que les buts de guerre visent d’abord à frapper et atteindre Berlin, les Américains donnent leur feu vert à une mission pour le moins déconcertante du point de vue de certains états-majors: sauver les oeuvres d’art volées ou pillées par les nazis. Trop vieux pour être embrigadés comme soldats, des conservateurs, des architectes ou encore des historiens d’art vont se charger de cette tâche en territoire ennemi, et cela à leurs risques et périls.

Qu’un sujet aussi beau donne matière à un film aussi gentillet laisse quelque peu perplexe. Le récit, ne serait-ce qu’à travers ses enjeux historiques et philosophiques (sauver de la destruction mille ans d’histoire de l’humanité aurait autant de valeur, sinon plus, que la défaite militaire du 3e Reich ?) nous captive par la force des choses. Mais alors comment se fait-il que Clooney se soit à ce point départi de cette élégance de mise en scène dont on pouvait encore le créditer dans le pourtant très formaté Les Marches du Pouvoir, il y a de cela quelques années ?

Plus déroutant encore: pourquoi a-t-il construit ce Monuments Men comme un film de guerre classique, façon Canons de Navarone, avec tous les clichés qui vont avec ? Une esthétique aussi surannée ne passe franchement plus la rampe aujourd’hui, et on est bien déçu de voir convoqués pour la circonstance des comédiens aussi réputés que Matt Damon, Bill Murray ou encore John Goodman (sans oublier Cate Blanchett dans le rôle de Rose Valland, la fameuse Dame du Jeu de Paume dont la Réunion des  Musées Nationaux réédite fort judicieusement, ces jours-ci, l’ouvrage « Le Front de l’Art »)…

Le scénario et les dialogues les cantonnent, malheureusement, à des saynètes parfois bien légères et à des échanges de vannes plus ou moins inspirés. Dernière question: que vient faire Jean Dujardin dans pareille aventure ?

Monuments Men, de et avec George Clooney (Sortie en salles le 12 mars)




Les commentaires sont fermés.