Aquarius

La soixantaine rugissante, Clara, ancienne critique musicale collectionnant amoureusement les vinyles, se bat comme une lionne contre des promoteurs qui convoitent son appartement à Recife, au Brésil. Elle est la dernière à occuper l’immeuble, mais elle n’abdiquera pas, tout comme elle n’a pas abdiqué face au cancer du sein qui a failli l’emporter. Ses adversaires, pourtant, ne reculent devant rien. Ils vont même jusqu’à installer dans les appartements voisins plusieurs colonies de termites.

Ce n’est pas seulement un clin d’œil à Bunuel, ce gros plan sur les termites. C’est aussi une idée de ce qu’est devenu le pays de Chico Buarque que filme Kleber Mendonça Filho dans son 2e long-métrage, présenté à Cannes au moment où Dilma Roussef recevait les coups de boutoir qui allaient conduire à sa destitution.

Clara et Dilma. Elles ont à peu près le même âge. Elles ont toutes deux combattu la maladie. Elles n’ont pas un caractère facile, et ce n’est d’ailleurs pas le moindre mérite du réalisateur que de percer les contradictions de son personnage principal, magnifique d’énergie mais non dénué d’une certaine forme d’arrogance, à l’instar de cette classe moyenne brésilienne qui a cru prospérer, pendant longtemps, sans prêter aucune attention au sort des plus pauvres, dans les favelas.

Seulement voilà. Face aux termites, il faut choisir son camp. Face à ce qui corrode le Brésil -la corruption, le libéralisme débridé, la conjuration des mesquins et des puissants- on comprend mieux pourquoi l’équipe du film, à Cannes, a brandi des banderoles de soutien à Dilma Roussef, dénonçant le « coup d’état parlementaire » à son encontre.

Il faut avoir cela en tête pour apprécier Aquarius et la vigueur de son interprète, Sonia Braga, même si le film a parfois un côté un peu rêche. Les vainqueurs de Dilma, eux, en ont bien compris l’enjeu. Aquarius a été interdit aux moins de 16 ans en raison d’une séquence sexuelle qui n’a rien d’explicite, et il a été retiré de la course aux Oscars. Ces comportements de termites auront-ils raison de ce beau film de résistance ?

Aquarius, Kleber Mendonça Filho (Sortie en salles ce mercredi)




Les commentaires sont fermés.