Love & Friendship

Un vénéneux parfum de Liaisons Dangereuses irise Love & Friendship, mariage réussi entre l’esprit british de Jane Austen -le film est l’adaptation de l’un de ses romans- et le raffinement dont fait preuve l’Américain Whit Stilman. Au cœur de l’intrigue, on retrouve une jolie veuve anglaise de la fin du 18e siècle cherchant le mariage idéal pour elle et sa fille, surtout au regard des dettes laissées par un premier mari.

La conspiration fera une victime, un jeune homme esseulé dans son manoir familial et qui se serait bien offert le plan « cougar » rêvé avec une veuve si peu éplorée, surtout lorsqu’elle prend les traits de Kate Beckinsale, l’ex-femme vampire de la série UnderworldChloë Sevigny incarne, quant à elle, une exilée américaine, confidente du personnage féminin principal avec lequel elle partage un art de la duplicité à toute épreuve.

Dialogues croustillants, rythmique en finesse… Voilà un film en costumes que son petit budget préserve de toute lourdeur et qui contourne avec brio les clichés romantiques dont d’autres relectures de Jane Austen, ici ou là, se sont montrées moins économes.

Love & Friendship, Whit Stilman (Sortie en salles le 22 juin)




Les commentaires sont fermés.