Tom Harrell – The Time Of The Sun

A quoi pense Tom Harrell?

Aux harmoniques produites par le champ magnétique du Soleil, ou bruit radioélectrique. Ce genre de trucs auxquels on ne pense pas, nous simples mortels, quand on a le nez collé au hublot… Ce sont ces nappes étranges qui ouvrent The Time Of The Sun. Elles ont été captées par deux astronomes, Professeur Robertus Erdelyi et Dr. Alexander Kosovichev, tout droit sortis d’un roman de Jules Verne ou Isaac Asimov.

Pour ce 4ème album chez HighNote, on avait tout à craindre du disque-concept, du projet geek-friendly. Genre: « on a calculé les lignes du champ magnétique solaire rapportées à la gamme du ré mixolydien chromatique, et on a improvisé dessus pendant 45 minutes, tellement on était irradiés par les rayons cosmiques »… Et franchement, on aurait toujours pu trouver un musicien de Jazz pour le faire! Mais là non… Seules quelques éruptions de Rhodes nous rappellent les blips-blips du vaisseau Entreprise en croisière, sur la composition éponyme.

Finalement, du titre on ne gardera que la lumière. Car The Time Of The Sun est un disque lumineux, quitte à enfoncer une porte ouverte… Après des œuvres taillées XXL pour les orchestres à cordes et à vents, Tom Harrell a trouvé son véhicule idéal en 2007 : Le quintet de Jazz façon Miles Davis et Horace Silver. Depuis, chaque album de son groupe est un pas de plus vers la perfection jazzistique. On pensait que l’état de grâce était atteint sur Roman Nights? On se trompait, car celui-ci fait encore mieux. Plus accessible en apparence, moins Bop, The Time Of The Sun est d’avantage tourné vers la fusion et le groove… En apparence seulement, car il permet une fois de plus à Tom Harrell – le compositeur – de tisser un mince fil de soie entre simplicité mélodique et science de l’harmonie.

1 pour 5, 5 pour 1…

A une époque ou les musiciens se réinventent à chaque album, changeant de projets et d’entourages comme de chemise, on note que le 5tet de Tom Harrell n’a pas bougé d’un iota depuis sa création. Wayne Escoffery au ténor, Danny Grissett aux claviers, Ugonna Okegwo à la basse et Johnathan Blake à la batterie: On imagine la solidité de l’ensemble, sorte d’équipage idéal pour nous emmener dans le Cosmos… La somme de travail cumulée depuis 4 ans (pour autant de disques et de tournées mondiales), garanti une certaine expertise, et permet toutes les audaces.

Enregistré à Brooklyn après une semaine de résidence au Village Vanguard, Time Of The Sun montre l’aisance et la fraicheur qui découlent de 4 ans d’exigence. A ce stade, n’importe-quelle suite d’accords imaginée par Tom Harrell se transforme en cathédrale dans les mains du 5tet. Des thèmes qui partent souvent d’un rien: une couleur, un motif de trompette ou de piano (car Tom Harrell compose beaucoup au piano). Et qui débouchent sur des évidences à la Kind Of Blue – Estuary, jolie balade en suspension ; The Open Door, cousin germain de Freddie Freeloader – Ou des thèmes plus enlevés à la Seven Steps To Heaven, quand Tom Harrell et Wayne Escoffery refont la paire Miles Davis & George Coleman (Ridin’, River Samba…). Ainsi, l’ombre de l’Ange Noir plane toujours…

Au chapitre des idoles, il y a aussi Horace Silver – l’un des premiers employeurs de Tom -  Ce coté 5tet d’Horace Silver du 21ème siècle est très flagrant sur Modern Life, l’un des sommets du disque (et clin-d’œil au Cape Verdean Blues de 1965?)… Quant à Dream Text, l’autre tube incontournable, c’est une mélodie minimaliste qui sommeillait dans l’inconscient de notre héros (c’est lui qui le dit), servie sur un lit de Fender Rhodes et relevée par une pointe de groove, avec solos de sax et de trompette imparables. Soit le genre de titre qui squattent durablement la bande FM aux Etats-Unis – Light On, Prana Dance et Roman Nights, les trois derniers disques du groupe, ont tous atteint la première place des diffusions radio – On est sûr que celui là prendra le même chemin.

S’il n’existait pas, ce 5tet de Tom Harrell serait donc un fantasme d’amateur de Jazz. Un peu comme ceux de Miles ou Horace Silver dans les années 60 on l’a dit, et dans la même veine que le récent Earfood 5tet de Roy Hargrove… Un groupe hors du commun qui nous rappelle à chaque instant, que le Jazz est d’abord une joie pour les oreilles, et ensuite, un vrai petit coin de paradis…

_

Tom Harrell – The Time Of The Sun (2011 HighNote Records)

Tom Harrell – Trumpet
Wayne Escoffery – Saxophone
Danny Grissett – Piano, Fender
Ugona Okegwo – Bass
Johnathan Blake – Drums

En concert Lundi 18 et Mardi 19/07 au Sunside à Paris.




Les commentaires sont fermés.