La Nuit de l’accident, Elisa Vix, Rouergue noir, 2012

L’action se passe dans une ferme d’un petit village du Cantal… sur fond de traite de noireaude et de bal de campagne un peu trop arrosé.
Les deux principaux protagonistes du récit, Nat, une belle vétérinaire, et Pierre, un beau fermier ténébreux, voient leur couple s’effriter. La force tranquille de Pierre ne séduit plus Nat…
A première vue, l’ambiance évoque plus « Fantasia chez les ploucs » que « Le Dalhia noir ».
Le cadre semble peu conforme aux stéréotypes du roman noir.
Pourtant…
Elisa Vix signe ici un polar digne d’Alfred Hitchcock, subtilement construit, et qui conserve son suspense jusqu’à la dernière ligne.
L’écriture est vive. La forme est efficace et incisive.
On comprend peu à peu, à travers les monologues des protagonistes, qu’il s’est passé quelque chose d’anormal le jour de l’accident.
Dès lors, les événements s’enchaînent, en une logique implacable et inéluctable.
Mais il y a un autre niveau de lecture dans ce polar. Le lecteur entre alternativement dans la pensée des deux principaux protagonistes, Nat et Pierre, et mesure l’éternelle distance qui sépare le monde masculin du monde féminin.
A l’arrivée, un roman court et dense, de seulement 140 pages, qui se dévore en quelques heures et prouve s’il en était besoin le talent d’Elisa Vix, qui, dans la vraie vie est… vétérinaire !




Laisser un commentaire

Security Code: