« Trente-six chandelles », de Marie-Sabine Roger

Alors que sort aujourd’hui dans les salles « Bon rétablissement », le nouveau film de Jean Becker, qui est une adaptation de son précédent roman, la fantaisiste Marie-Sabine Roger est aussi au cœur de l’actualité littéraire avec son nouveau livre : Trente-six chandelles. « Trente-six chandelles » ou la drôle de mort de Mortimer, qui ne viendra pas le jour prévu. Car oui, depuis qu’il est en âge de compter, Mortimer Decime (ne mettez surtout pas d’accents!), descendant d’une famille où tous les prénoms des hommes commencent par la syllabe « mor » et ceux des femmes par la syllabe « vi », connaît la date et même l’heure précise de sa mort programmée. Pourquoi ? Parce que tous les hommes de sa lignée sont morts le jour de leur trente-six ans, et tous, il faut bien le dire, dans des conditions un peu ridicules. Les femmes, elles, vivent très vieilles, au contraire.

Mais lui, Mortimer, c’est bien un homme, alors le matin-même de ses trente-six ans, il met son beau costume de mort, il s’allonge sur son lit de mort, et il l’attend, sa mort. Histoire de mourir, autant échapper au ridicule qui a frappé son père, son grand-père et ceux d’avant. Il mourra digne. A 11 heures précises. Mais 11 heures arrivent, et 11h05 et 11h10 et Mortimer est toujours là, la mort a dû se tromper d’adresse. Au fur et à mesure que les heures, puis les jours passent, et malgré ce qui a été ses certitudes pendant 36 ans, il se convainc de l’impossible : il va vivre.

Alors se posent de nombreuses questions… Auxquelles la très vivante Paquita, qui a une conception toute particulière de l’élégance, et son amoureux, ses parents de substitution, vont tenter de trouver une réponse en sa compagnie, et aussi en compagnie des crêpes que la première confectionne avec amour et du café que le second prépare avec… incompétence. Marie-Sabine Roger signe une nouvelle fois un récit simple et subtil, plein de tendresse, comme elle l’avait fait notamment avec La tête en friche, et de drôlerie. Jusqu’à l’overdose, parfois. Mais son livre réserve quelques éclats de rire, et ça fait du bien, non ?

Trente-six chandelles, de Marie-Sabine Roger, est paru dans La Brune, au Rouergue.




Les commentaires sont fermés.